Soleil et rayonnement ultraviolet

Apostille du Docteur Patrick BARRIOT, expert médical de l'Institut Européen de Formation en Santé.

Formations santé Soleil et rayonnement ultraviolet

 Par le Docteur Patrick BARRIOT

 21 Juin 2019

Formations santé Soleil et rayonnement ultraviolet  Formations santé Soleil et rayonnement ultraviolet  Formations santé Soleil et rayonnement ultraviolet

Le rayonnement ultraviolet (UV) fait partie, avec la lumière visible et le rayonnement infrarouge, du spectre d’ondes électromagnétiques émis par le soleil. Il correspond à trois bandes de longueurs d’ondes comprises entre 100 et 400 nanomètres : les UVA (315-400 nm), les UVB (280-315 nm) et les UVC (100-280 nm). Les rayonnements de longueurs d’ondes les plus courtes (UVC et UVB) sont les plus dangereux mais la totalité des UVC et la majeure partie (près de 95%) des UVB sont arrêtés par les couches supérieures de l’atmosphère.

Les UVA, qui sont loin d’être inoffensifs, sont quant à eux très peu filtrés par l’atmosphère et ne sont pas arrêtés par la couverture nuageuse. Le rayonnement UV arrivant à la surface de la terre est donc composé majoritairement d’UVA (entre 95 et 99%) et plus faiblement d’UVB (1 à 5%).

Le rayonnement UV n’est pas perçu par le corps humain : il est totalement invisible et ne procure aucune sensation de chaleur. Les UVA et les UVB sont dangereux : ils peuvent provoquer des lésions oculaires (photokératites, cataractes, lésions rétiniennes) et des lésions cutanées (vieillissement prématuré de la peau, cancers) car ils pénètrent dans l’épiderme. L’incidence des cancers de la peau liés à l’exposition aux rayonnements solaires (carcinomes et mélanomes) est en constante augmentation ces dernières décennies. Rappelons que toute modification de l’aspect (forme, taille, épaisseur, couleur) d’un grain de beauté impose un avis dermatologique. Les enfants et les personnes à peau claire (phototypes I et II) sont particulièrement vulnérables.

L’Indice Universel de rayonnement UV solaire (IUV) représente l’intensité du rayonnement ultraviolet solaire en fonction du risque pour la santé (lésions cutanées et oculaires). Un IUV de 1 ou 2 correspond à une intensité faible (pas de protection nécessaire). Un IUV compris entre 3 et 7 correspond à une intensité modérée à forte (protection nécessaire). Un IUV compris entre 8 et 10 correspond à une intensité très forte (protection renforcée requise). En période estivale dans nos contrées, l’indice UV atteint généralement des niveaux de l’ordre de 7 ou 8. Un IUV de niveau 10 ou plus (IUV extrême) peut être atteint en haute montagne ou sous les tropiques. Les UV artificiels émis en cabines de bronzage augmentent également le risque de cancer cutané et la pratique du bronzage artificiel par UV est vivement déconseillée. Certaines cabines émettent un rayonnement UVA dont l’intensité peut atteindre un IUV de niveau 12 (intensité qualifiée d’extrême par l’OMS). Les effets de l’exposition aux UV naturels et artificiels sont cumulatifs.

Les comportements de prévention vis-à-vis de l’exposition au soleil doivent être rappelés : éviter l’exposition entre 12h et 16 heures et rechercher l’ombre, protéger systématiquement la peau des enfants, se couvrir en portant T-shirt, lunettes et chapeau et appliquer une crème protectrice toutes les deux heures.

Les filtres ultraviolets présents dans les cosmétiques solaires sont de deux types : les filtres minéraux et les filtres chimiques. Les filtres minéraux, qui contiennent le plus souvent des nanoparticules (dioxyde de titane, oxyde de zinc), réfléchissent les UV. La toxicité potentielle des nanoparticules pour la santé humaine et l’environnement a été évoquée dans l’apostille N° 9 du 16 avril 2019. Les filtres chimiques contiennent des molécules capables d’absorber les UV. Les produits solaires recouvrant le corps des baigneurs provoquent une pollution des eaux de baignade et des eaux usées par des nanoparticules et des molécules chimiques dont certaines menacent les organismes aquatiques. L’indice de protection d’une crème solaire concerne principalement la protection contre les UVB, or le risque lié aux UVA semble sous-estimé. Les allégations « écran total » ou « protection totale » ne sont pas autorisées car aucune crème solaire ne filtre la totalité des UV.

Le contenu est vérifié et est en adéquation avec les référentiels actuels de bonnes pratiques professionnelles en matière de santé.
N'hésitez pas à nous suivre et à laisser votre commentaire.
Vous pouvez aussi poser vos questions au Docteur Patrick Barriot par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

➡️ Testez vos connaissances sur le rayon Ultraviolet ⬅️

 Pour plus d'apostilles 

#soignezconnecté #iefsanté

Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site et pour nos statistiques de visite. Aucune information personnelle n'y est stockée. En savoir plus sur les Cookies et comment les supprimer Cliquez ici.
Ce que dit la CNIL sur le RGPD