Catalogue formation inter DPC 2020

tlcharger png 8

 
 

VIOLENCE DE L’ANNONCE DE SOINS PALLIATIFS, POUR QUI?

 formation soins palliatifs

 

 

Formations santé IEF Santé, Institut Européen de Formation en Santé Formations santé IEF Santé, Institut Européen de Formation en Santé Formations santé IEF Santé, Institut Européen de Formation en Santé

Cette formation, ouverte aux médecins et aux professionnels de santé 

 

INSCRIPTION OBLIGATOIRE PAR COURRIER

 

Cliquez ici pour télécharger le fichier d'inscription



RENSEIGNEMENTS Auprès de l’EMSP

04 66 78 31 54

Avec la participation de prestataires de matériel médical.
Réservé aux professionnels Inscription obligatoire


Organisé par l’Association JADE,

l’EMSP et le Réseau de soutien et de soins palliatifs du bassin alésien

 

Twitterhttps://twitter.com/iefsante 

Instagramhttps://www.instagram.com/iefsante/

Auprès de l’Organisme de formation continue : n° d’agrément 41 9903404 57
Institut Européen de Formation en Santé-32 rue de Paradis-75010 PARIS
03 87 18 8 18 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

CONTACT

 

 Le contenu est vérifié et est en adéquation avec les référentiels actuels de bonnes pratiques professionnelles en matière de santé.

  Chloroquine : la tactique des inepties !

Chloroquine2

Formations santé IEF Santé, Institut Européen de Formation en Santé Formations santé IEF Santé, Institut Européen de Formation en Santé Formations santé IEF Santé, Institut Européen de Formation en Santé

Chloroquine : la tactique des inepties !

Apostille N°29 du 31 mars 2020

L’hydroxy-chloroquine fait depuis quelques semaines l’objet d’une campagne politico-médiatique visant à empêcher sa prescription par les médecins généralistes dans le cadre de « la guerre contre l’ennemi invisible ». Nous espérons qu’il ne s’agit pas de masquer, dans notre pays, une « tension d’approvisionnement » pour ce médicament dans l’attente de constitution de stocks. Cette campagne repose sur trois tactiques.
Première tactique : restreindre les modalités de délivrance de l’hydroxy-chloroquine. Nous l’avons dit dans l’apostille N°27 du 26 mars 2020 : en pleine épidémie de Covid-19, l’hydroxy-chloroquine est passée d’abord en Liste II (décision certes envisagée avant l’épidémie mais bien prise pendant l’épidémie), puis passée de facto en médicament à prescription hospitalière (décision prise pendant l’épidémie).
Deuxième tactique : souligner les effets indésirables de l’hydroxy-chloroquine et mettre en doute son efficacité dans la lutte contre le COVID-19. Les médias l’annoncent à son de trompe : l’hydroxy-chloroquine ne doit être prescrite qu’en milieu hospitalier sous stricte surveillance ECG et quelques cas d’effets indésirables liés à un mésusage (automédication) ont été observés. Nous entendons quotidiennement des lanceurs d’alerte de la dernière heure qui semblent découvrir la toxicité cardiaque potentielle d’un médicament mis sur le marché en 2004 et largement consommé depuis, avec ou sans ordonnance, avec ou sans surveillance. Notons que ces vigiles mal réveillés ne nous fournissent aucun rapport de pharmacovigilance précisant le nombre d’effets indésirables cardiaques graves rapportés depuis la mise sur le marché de l’hydroxy-chloroquine il y a 16 ans. Nous avons évoqué dans la précédente apostille (apostille N° 28 du 30 mars 2020) le risque réel de toxicité cardiaque en cas de surdosage ou de mésusage (automédication) de l’hydroxy-chloroquine. Nous ne parlerons pas de l’ineptie de ceux, notamment sur BMF-TV, qui ont évoqué en cas de prescription à grande échelle du Plaquenil® la possibilité de survenue d’un scandale comparable à celui du Mediator®.
Cette tactique suscite quelques questions. Il y a chaque année dans notre pays près de 18 000 morts directement liés à la prise de médicaments. Prenons le cas de deux médicaments bien connus du grand public : le paracétamol et le tramadol. Concernant le paracétamol, une intoxication volontaire ou accidentelle avec absorption d’une dose supérieure à 8 grammes (8 cps à 1 g) en une seule prise peut provoquer une nécrose hépatique mortelle. Chaque année une centaine de transplantations hépatiques sont liées à une intoxication au paracétamol. Le paracétamol doit-il être prescrit uniquement à l’hôpital comme l’hydroxy-chloroquine ? Concernant les opioïdes de palier II, le dextropropoxyphène (Di-Antavic®) a été retiré du marché en 2009 en raison de décès liés à des intoxications volontaires ou accidentelles notamment en Suède et au Royaume-Uni (il y avait en France de l’ordre de 65 décès par an liés au dextropropoxyphène à l’époque). Le retrait du dextropropoxyphène a laissé la place au tramadol dont le profil de sécurité d’emploi est moins favorable que celui du dextropropoxyphène et qui est aujourd’hui la première molécule impliquée dans les décès liés aux antagiques dans notre pays, avec plusieurs centaines de décès par an. Le tramadol doit-il être prescrit uniquement à l’hôpital comme l’hydroxy-chloroquine ?
Nous disposons de l’expertise du Professeur Didier Raoult et d’études portant sur plusieurs centaines de patients qui attestent d’une efficacité de l’hydroxy-chloroquine dans le traitement du COVID-19. Ces études font l’objet de critiques méthodologiques de la part d’"experts" très sérieux et très prudents qui nous expliquent que seuls des essais multicentriques randomisés portant sur plusieurs milliers de patients permettront de prendre une décision et qu’il faudra donc attendre plusieurs semaines les résultats de l’essai Discovery lancé fin mars 2020. Il existe pourtant un dispositif accéléré d’autorisation d’essais cliniques (Dispositif Fast Track) qui aurait pu être activé dès le mois de janvier 2020 pour l’hydroxy-chloroquine et d’autres molécules. « Le monde a changé » nous dit-on, mais pas les stratégies d’urgence thérapeutiques. « Nous sommes en guerre » nous dit-on, mais privés de balle nous ne pouvons monter au front baïonnette au canon et devons rester confinés dans les tranchées.
Troisième tactique : les attaques ad hominem visant le promoteur du traitement par l’association hydroxy-chloroquine/azithromycine : le Professeur Didier Raoult. Ces insultes, souvent grossières, sont déshonorantes (encore faut-il avoir de l’honneur pour en être dépossédé) pour ceux qui les profèrent. La dernière en date venant de Daniel Cohn-Bendit, ancien député européen, dont personne ne saurait mettre en doute la rigueur scientifique et la probité morale.
Dr. Patrick Barriot, anesthésiste-réanimateur, toxicologue

I. Travaux en toxicologie clinique et sur la chloroquine :
Les antidotes. Baud F.J., Barriot P., Riou B. Editions Masson, 1992.
Intoxications aiguës. Danel V., Barriot P. Editions Arnette, 1993.
Intoxications aiguës en réanimation. Danel V., Barriot P. Editions Arnette, 1999.
Médicaments et iatrogénèse : le guide. Barriot P. Préface du Pr. Jean-Louis Montastruc. Editions Lavoisier Médecine-Sciences, 2015.
Treatment of severe chloroquine poisoning. Riou B., Barriot P., Rimailho A., Baud F.J. New England Journal of Medicine, 1988, 318 (1), 1-6.
II. Travaux sur le risque de propagation d’un agent infectieux militarisé :
Les armes de destruction massive et leurs victimes. Barriot P., Bismuth Ch. Editions Flammarion Médecine-Sciences, 2004.
Treating Victims of Weapons of Mass Destruction : Medical, Legal and Strategic Aspects. Barriot P., Bismuth Ch. (Editors). John Wiley & Sons Ltd., 2007.
P. Barriot, Directeur de l’étude EPMES N° 7267 « L’arme biologique : arme de dissuasion, de défense, ou de terrorisme » pour le compte du Ministère de la Défense (DGA).

Twitter : https://twitter.com/iefsante 

Instagram : https://www.instagram.com/iefsante/

Inscription au 03 87 18 18 18 et par mail sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou directement sur le site de l'ANDPC

 

 Le contenu est vérifié et est en adéquation avec les référentiels actuels de bonnes pratiques professionnelles en matière de santé.

Actualités

"Urgences absolues ", le guide écrit par Patrick BARRIOT est disponible aux Éditions Lavoisier (Collection Professions Santé - Médecine Science, Janvier 2017)

"Médicaments et iatrogénèse", le guide écrit par Patrick BARRIOT est disponible aux Éditions Lavoisier (Collection Professions Santé - Pharmacovigilance, Juin 2015)

pdfTéléchargez sommaire et bon de commande


"Du bon usage des thérapies complémentaires" Entretien avec le Dr Barriot paru dans Actusoins n°21 de Juin-Août 2016, cliquez ici pour le lire.

Recrutement formateurs

Dans le cadre du développement de nos formations DPC pour les médecins, chirurgiens dentistes, kinésithérapeutes, sages-femmes, infirmiers et paramédicaux, nous recherchons des formateurs (médecins spécialistes, kinésithérapeute, infirmiers et infirmiers spécialisés).

Vous êtes compétent et motivé ?

ÉCRIVEZ-NOUS

Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site et pour nos statistiques de visite. Aucune information personnelle n'y est stockée. En savoir plus sur les Cookies et comment les supprimer Cliquez ici.
Ce que dit la CNIL sur le RGPD